Neuvaine_Jour 1: vendredi 20 nov

Le 1 er mois de la Vie

« La Vie a une très longue histoire mais chacun de nous a un commencement bien précis, le moment de la conception.[…] Dès le début de la vie l’âme et le corps, l’esprit et la matière sont si étroitement imbriqués que nous utilisons le même mot pour définir comment une idée nous vient à l’esprit ou comment un être vient à la vie. L’enfant ou l’idée sont d’abord conçus: la vie du corps et celle de l’esprit requièrent d’abord une conception. » Professeur Le Jeune. 

SEMAINE 1 (3 SA) : La nouvelle vie humaine commence.  Le spermatozoïde entre à l’intérieur de l’ovocyte (fécondation), formant ainsi une seule cellule: le zygote. Par la réunion des informations génétiques du père et de la mère, l’embryon a déjà tout son patrimoine génétique déterminé.  Il déclenche de lui-même, de manière organisée une chaîne d’activités (expression de son code génétique, synthèse des protéines, production hormonale…) pour se développer en continu, passant ainsi de 2 à 4 cellules puis à 8 etc. L’embryon vit.   

SEMAINE 2 ( 4 SA) : L’embryon s’implante dans l’utérus maternel et se déploie. Dès 21 jours, son cœur commence à se former. Il passe d’une forme ronde à une forme allongée et ressemble à un petit hippocampe. 

SEMAINE 3 ( 5 SA) : Le cordon ombilical relie maintenant l’embryon à la mère. Grâce à lui, l’embryon recevra des nutriments provenant de l’alimentation de sa mère et de l’oxygène et pourra ainsi évacuer une partie de ses déchets. Les cellules se spécialisent et s’organisent en 3 groupes dont chacun constituera des parties différentes du corps du bébé : 
– ectoderme : la peau, les yeux, les oreilles et le système nerveux, 
– mésoderme : les muscles, le squelette et les vaisseaux sanguins,
– endoderme : le tube digestif, le pancréas et les poumons.  

SEMAINE 4 ( 6 SA) : Le tube neural de l’embryon se forme, il permet au système nerveux de se développer : le cerveau, à l’une des extrémités du tube, de même que la moelle épinière et les nerfs. Niché dans le placenta, l’embryon baigne dans le liquide amniotique, qui assure son hydratation et sa protection. Il mesure entre 3 et 5mm, ce qui le rend visible à l’œil nu ! Ses contractions cardiaques sont visibles à l’échographie

L’embryon, une véritable personne

 « Dès que l’ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n’est ni celle du père ni de la mère, mais d’un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s’il ne l’est pas déjà dès lors. […] A cette évidence de toujours, […] la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant : une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation est commencée l’aventure d’une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir. […] Comment un individu ne serait-il pas une personne humaine ? » (Evangelium Vitae, 1995, n°60) 

L’Eglise nous invite à plonger dans le mystère de la vie naissante. Jour après jour, l’embryon est tissé entre les mains de Dieu d’une façon particulière. 

« C’est toi qui a créé mes reins, 
qui m’as tissé dans le sein de ma mère. » 
Psaume 118, 13

Mais Dieu ne fait pas seulement que nous donner la vie biologique, Il nous la donne d’une manière unique : car c’est toujours une vie personnelle, voulue pour elle-même que le Créateur inaugure. 

« L’homme est sur terre l’unique créature que Dieu a voulue pour lui-même. » 
(Le don de la vie, p.13)

Et c’est ce qui nous distingue fondamentalement de tous les autres êtres vivants. Nous sommes chacun éternellement désirés par Dieu, quand bien même les circonstances de notre conception n’ont pas été désirables.  Le programme génétique de l’enfant, qui ne se confond ni avec celui de la mère, ni avec celui du père, témoigne précisément de cette personnalité unique. L’embryon a déjà tout son patrimoine génétique déterminé. Cependant, les facultés de l’embryon n’ont pas fini de se développer. 

« Mes os n’étaient pas cachés pour toi quand j’étais façonné dans le secret […] . J’étais encore inachevé, tu me voyais »
psaume  118,16

Mais s’il a besoin de temps pour arriver à maturation, il n’en demeure pas moins qu’il possède en lui déjà tous les éléments de sa personne. En mai 1984, le Comité National d’éthique écrit: « L’embryon ou le fœtus doit être reconnu comme une personne humaine potentielle. », cette qualification permettait à l’époque, d’appuyer un avis défavorable à l’instrumentalisation de l’être humain dans la recherche médicale, le respect de la vie devant « prévaloir sur les avantages qui pourraient résulter, pour le progrès des connaissances ou l’amélioration des thérapeutiques, d’une réduction à l’état d’objet de la personne humaine, fût-elle potentielle.». Mais cette dénomination est malheureusement une porte ouverte au non-respect de la vie humaine, l’embryon aurait une singularité, sans pour autant pouvoir être assimilé à une personne. Parler de « personne en puissance » ou de « personne potentielle » signifie qu’il existerait un stade de la vie où l’on est devenu « personne », mais quelle serait la limite ? à douze semaine de grossesse en France (délais IVG), 7 mois de grossesse (fœtus viable si naissance prématuré), à la naissance, à la crise des premiers mois où l’enfant comprend qu’il se distingue de sa mère, à l’âge où l’on devient autonome,  à  la majorité ?  Est-ce que les embryons anglais deviendrait “humain” à 24 semaines alors que ceux des français à 12, si l’on se fie au délais d’avortement? Cela n’a pas de sens.

Seigneur Jésus, toi qui es pleinement une personne divine et pleinement une personne humaine, fais-nous entrer dans le mystère de l’unicité de chaque vie. Donne-nous de reconnaître dans l’enfant à naître, comme dans toute personne où l’humanité peut nous sembler diminuée, notre semblable et notre frère. Apprends-nous à élever notre regard à la hauteur du tien et donne-nous la grâce de ne pas nous arrêter à ce qu’il y a d’inachevé dans l’autre. 

« C’est toi qui a créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis.
Etonnantes sont tes œuvres, toute mon âme le sait.
Mes os n’étaient pas cachés pour toi quand j’étais façonné dans le secret,
Modelé aux entrailles de la terre.
J’étais encore inachevé, tu me voyais. »  (Ps 138, 13-16) 

Prière pour la Vie

Père très Saint, Dieu du ciel et de la terre,
Seigneur et Créateur de tout ce qui est bon,
remplis nos cœurs de joieface aux merveilles de ta création.
Ouvre nos yeux à la présence de Jésus,ton Fils bien-aimé,
en toute personne que nous rencontrons,
surtout les plus faibles et les plus vulnérables.
Là où la vie est menacée à ses débuts comme à sa fin,
ou encore par la pauvreté, la maladie et les privations,
inspire-nous des gestes d’amour et de compassion.
Mets en nous la force de ton Esprit Saint
pour que nous travaillions ensemble, et toujours, 
à défendre la véritable dignité humaine.
Aide-nous à bâtir une culture de la vie :
une culture où chaque être humain, qui est ton enfant, 
soit aimé et valorisé de sa conception à sa mort naturelle,
et dans toutes les circonstances de sa vie.
Amen.